Articles

Voilà déjà quelques années que tout le monde dans l’espace public ne vit que les yeux rivés sur son smartphone…
Loreanto / Shutterstock

Laurent Bibard, ESSEC

La montée en puissance du télétravail ou encore du e-commerce donne l’impression que nos sociétés vivraient finalement plus mal une coupure des réseaux Internet qu’une pandémie mondiale…


L’année 2020 aura vu bon nombre de tendances s’accélérer dans un certain nombre de domaines : économiques, technologiques, sociales, géopolitiques, etc. Comme tout va de plus en plus vite, nous vous proposons de prendre le temps, en compagnie du philosophe Laurent Bibard (ESSEC), de revenir sur cette année si particulière et de tenter de dresser des perspectives pour 2021 à travers l’étude de 4 accélérations, dans le travail, la technologie, la post-vérité et la liberté d’expression, puis de réfléchir aux moyens de retrouver de la joie.The Conversation

Laurent Bibard, Professeur en management, titulaire de la chaire Edgar Morin de la complexité, ESSEC

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Bien que tous très connectés, les jeunes en Asie sont loin d’adopter des comportements uniformes.
Pixnio, CC BY-SA

Elodie Gentina, IÉSEG School of Management

La preuve par trois : les experts de The Conversation déclinent 3 aspects d’une question d’actualité en 3 épisodes à écouter, à la suite ou séparément ! Dans cette série, Élodie Gentina, professeur à l’IÉSEG School of Management, décrit les différentes générations Z dans trois pays d’Asie : le Japon, la Chine et l’Inde.


Au Japon, une génération Z économe

Les catastrophes de 2011 ont poussé la jeunesse japonaise à être plus prudente, ce qui entrave ses désirs d’émancipation de la culture traditionnelle.

En Chine, une génération Z plombée par la pression

La politique de l’enfant unique et la culture traditionnelle rend les parents chinois très exigeants envers leurs enfants, qui tendent aujourd’hui à se réfugier dans le numérique.

En Inde, une génération Z plus heureuse qu’ailleurs

L’éducation des jeunes Indiens leur permet de s’épanouir malgré des inégalités persistantes. Le numérique ne semble pas bousculer cette tendance.


Élodie Gentina, professeur en marketing à l’IÉSEG School of Management, a coordonné la rédaction de l’ouvrage collectif « The New Generation Z in Asia : Dynamics, Differences, Digitalization » (Éditions Emerald) publié le 23 octobre 2020.The Conversation

Elodie Gentina, Associate professor, marketing, IÉSEG School of Management

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.